Les conclusion de la concertation du 21 janvier à l’U2P de Normandie à Caen

Le 21 janvier dernier, l’U2P de Normandie a ouvert la première réunion de concertation  à la Maison de l’Artisan, dans le cadre de la grande concertation impulsée par l’U2P qui se déroule dans toutes les régions. Cette mobilisation a permis de donner la parole aux artisans, commerçants et professions libérales normands, qui ont été, lors de ces échanges, forces de propositions. En voici un cours résumé :

Les artisans, commerçants et libéraux sont pour certains des gilets jaunes tandis que d’autres sont à l’inverse lassés par le mouvement. Cette lassitude est d’autant plus sensible que les manifestations pèsent sur l’activité artisanale, en particulier en centre-ville le samedi après-midi. Pour le bâtiment, les livraisons empêchées ou retardées pénalisent la planification des chantiers.

L’artisanat souffre d’un manque de main d’œuvre. L’apprentissage demeure primordial. La France n’est pas le seul pays souffrant d’une pénurie de main d’œuvre qualifiée et qualifiable. Le problème est européen.

La complexité administrative est un frein à l’activité. Monter un dossier RGE par exemple est un chemin de croix. Le fait que les lois et règlements changent sans arrêt renforce cette complexité.

Les OP, les Chambres de métiers, etc sont autant de corps intermédiaires qui doivent être reconnus pour aider les entreprises. Ce sont aussi des acteurs de la proximité. Cette proximité est battue en brèche, avec la désertification qui à la fois artisanale, commerciale et libérale d’une part, la dévitalisation des centres-villes d’autre part. L’absence de proximité fait que les besoins concrets des artisans et commerçants sont assez largement méconnus.

La protection sociale doit être adaptée aux travailleurs indépendants, même si ceux-ci ont intégré le tronc commun le 1er janvier 2019. Les dispositifs d’aides sociales doivent être revus pour que le travail soit davantage valorisé que l’inactivité.

L’artisanat ne peut pas être opposé à la transition énergétique. Mais si de trop grosses contraintes écologiques pèsent sur des petits métiers, sans aide ni accompagnement, ceux-ci disparaîtront.